samedi 5 mars 2011

vire-capot

J'en connais un qui va, enfin, s'en réjouir mais le neurone a finalement décider de virer son capot de bord.
Il quitte le rang des agnostiques pour rejoindre celui des athées.
La différence est mince mais elle a fait l'objet de nombreuses discussions entre Lurch et moi.
L'argument qui me maintenait du côté des agnostiques est l'impossibilité de prouver que dieu n'existe pas.
Dans une certaine mesure, cet argument est encore valable.
Néanmoins, j'ai fini par admettre que les arguments en faveur de son existence sont trop minces pour lui accorder le moindre crédit.
D'abord, le créationisme.
Qu'un dieu puisse avoir créé l'univers ne voudrait dire qu'il a allumé la mèche du Big Bang.
Big deal !
L'hypothèse du créationisme repose strictement sur la foi. Pas le moindre degré d'évidence à se mettre sous la dent : zéro pour la question.
Et une fois le bataclan déclenché, plus aucune trace concrète d'une intervention divine.
Un autre beau gros zéro.
La principale raison d'invoquer l'existence de dieu est l'espoir d'une vie éternelle pour laquelle je n'ai pas le moindre intérêt.
Finalement, la dualité bien/mal représentée par le duo dieu/démon avec pour perspective finale l'issue ciel/enfer est pathétique.
Un dieu tout-puissant incapable de vaincre le diable.
Un dieu d'amour qui précipite les infidèles dans les flammes éternelles.
Où sont les frères Grimm ?

la recrue d'essence

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Et s'il existait, qu'est-ce que ça changerait?

Accent Grave

le neurone ectopique a dit…

Tu as bien raison, ça ne changerait pas grand chose dans ma vie.
Mais mon dieu comme j'aimerais pouvoir prouver qu'il n'existe pas.
Quand je pense à toute l'énergie perdue en vaines prières, à toutes les ressources pillées par les parasites du clergé et à toutes les victimes de l'intolérance des croyants, je maudis ce maudit concept maudit, la pire création de l'histoire de l'humanité.

la contradiction supplémentaire

RAINETTE a dit…

Pour savoir il faut croire ou pour croire il faut savoir ? Voilà qui est loin d'être une nuance. tout est là.

Mazz a dit…

Intéressant! Il m'est avis qu'après une recherche systématique et exhaustive, si aucune preuve, ni même un indice n'est découvert, alors l'absence de preuve commence à ressembler à une preuve d'absence (pour contredire Rees).

@neurone: on est sur la même longueur d'onde (ou devrais-je dire le même quanta? ;-)

@RAINETTE: Il y a une différence opérationnelle fondamentale entre savoir et croire. Le savoir repose sur une construction de faits objectifs et vérifiables et peut être remis en questions devant des évidences contraires. Croire est une décision subjective que quelque chose est vrai. Il est très difficile de se défaire d'une croyance à cause de la dissonance cognitive dont elle est souvent (sinon toujours) accompagnée. Mais il est vrai que nous utilisons souvent les deux concepts en même temps.

- Mazz

le neurone ectopique a dit…

Mazz, si je parlais anglais, je dirais : you make my day.

le jour de chance

RAINETTE a dit…

Merci de ta réponse scientifique Mazz, tu fais ma soirée !

Lurch a dit…

Vieux motard que jamais.

Remarque que tu ne peux pas non plus prouver que les licornes n'existent pas.

Sur un plan humaniste:

"It is a paradox having to do with Darwinian evolution. How is it possible that human beings have evolved so powerful an impulse to create irrational belief systems and hold on to them with such tenacity? One might have thought that Darwinian selection would reinforce a tendency toward rationality and cull any genetic disposition towards superstitious, faith-based belief systems. After all, an irrational belief can get one killed, as it did Joseph Smith. Undoubtedly, it has killed millions. One might expect that evolution would eliminate tendencies toward following reckless leaders on the grounds of faith. But it seems that exactly the opposite is true".

L. Susskind


athée souhaits